I ENDURE FOR HER: Challenge Enduroman Finisher #46 New WR

Le récit

I ENDURE FOR HER: Challenge Enduroman #46 Bonne immersion, et dites vous que ce ne sera pas aussi long et aussi dur que l’Enduroman😂 vous aurez aprĂšs une version vidĂ©o. d’abord le roman aprĂšs le film 😜 Ce challenge est avant tout une aventure incroyable Ă  partager, ayant pour but de dĂ©noncer la violence faite aux femmes, le tout sur fond d’un ultra triathlon entre Londres et Paris. Qui aurait pu imaginer me retrouver sur un tel dĂ©fi, ayant dĂ©butĂ© le triathlon en 2016 Ă  40 ans sur les conseil de Pierrick . Et dire que je ne connaissais mĂȘme pas ce sport (je ne savais pas nager le crawl ni faire du vĂ©lo de route) AprĂšs un dĂ©marrage sportif exponentiel je me suis rapidement qualifiĂ© sur Nice pour HawaĂŻ auquel j’ai participĂ© en octobre 2018, avec un rĂ©sultat trĂšs satisfaisant. mais je recherchais tout autre chose. La confrontation avec moi mĂȘme je pense. De lĂ , mon fils me parle d’une Ă©preuve solo hors norme: l’Enduroman. Il m’explique avoir suivi une athlĂšte nommĂ©e Marine Leleu. L’Ă©preuve me paraĂźt folle, 140km de run, et 300km vĂ©lo avec la manche au milieu😰. 2 jours suffisent pour me dĂ©cider. Je me jette Ă  l’eau. Je contact Edgar Ette l’organisateur et lui confirme mon inscription pour 2020. cela me laissera 2 ans de prĂ©paration. Il faudra bien ça. J’observe entre temps Perrine Fages qui rĂ©ussi l’EM. j’Ă©tais impressionnĂ©. Mais Ă©cƓurĂ© Ă  la lecture des commentaires injustes lancĂ©s Ă  son encontre. Je trouve ses propos misogynes et scandaleux. Ayant un profond respect pour les femmes, je dĂ©cide de reprĂ©senter la cause fĂ©minine et plus prĂ©cisĂ©ment les violences faites aux femmes. je crĂ©er donc I ENDURE FOR HER. je me rapproche de Cyril Blanchard, le recordman de l’Ă©preuve pour m’ aider Ă  aborder ce dĂ©fi, il s’occupera du coaching mental et me confie Ă  un certain Cedric Fleureton pour la partie sportive. Le moins que l’on on puisse dire c’est que CF est direct et ne va pas me mĂ©nager. mais je me retrouve parfaitement dans sa mĂ©thode. Au fond nous ne sommes pas si diffĂ©rent. Je decouvre le monde de l’ultra, je vois vite une progression en vĂ©lo et en CAP, mais l apprentissage de la natation s’avĂšre compliquĂ©e. je me accroche et je rĂ©ussi grace au mental les diffĂ©rents tests des 6h. Le temps passe je monte en puissance. Puis le monde s’effondre, le COVID fait son apparition. Mise en place du confinement.đŸ˜· Je ne perds pas espoir, je reste motivĂ© et j accepte de m’adapter Ă  la situation et redouble d’effort en indoor, home trainer et tapis, sĂ©ance d’eau froide. CF n’a pas fait semblant, quelles sĂ©ances difficilesđŸ„”. ParallĂšlement je communique sur la cause des violences faites aux femmes qui explosent par ces temps difficiles et sur l’association VIFFIL. comment la nature humaine peut elle ĂȘtre aussi monstrueuse par moment😔, mais une chose exceptionnelle se passe, une rĂ©action en chaine, I ENDURE FOR HER dĂ©colle. Une prise de conscience? un vrai booster de moral dans cette pĂ©riode de crise sanitaire. Je rĂ©ussi aussi Ă  dĂ©placer mon crĂ©neau sur l enduroman de juillet Ă  aoĂ»t. ainsi progressivement les choses se dĂ©bloquent.les planĂštes s’alignent. le 2 aout, nous voici enfin sur le dĂ©part pour Londres avec la Dream team I ENDURE FOR HER(mon fils Maxime, Pierrick et Vincent) Nathalie sera postĂ©e sur Calais. La mission principale est de partager et profiter ensemble de cette aventure, et de promouvoir au mieux la cause. Le rĂ©sultat final se fera en fonction du dĂ©roulement de l’Ă©preuve. mais une chose est sĂ»re, c’est que je donnerai mon maximum et l’abandon ne sera pas une option. Dernier Briefing avec Edgar et Rachel la veille Je leur confirme mon souhait de partir en course Ă  pied 18h avant la marĂ©e choisie, transition comprise. Va pas falloir traĂźner. Le jour J mercredi 00h30, rĂ©veil, on prend la route de Douvres pour Londres pour un dĂ©part Ă  3h30. Sur le chemin Edgar nous appelle pour nous indique un report de 2h Ă  cause du vent sur le dĂ©part natation. 5h15, le levĂ© du jour, nous sommes Ă  Marble arch, sĂ©ance photos. 5h30 top dĂ©part: quel bonheur d’ ĂȘtre lĂ  aprĂšs tant d’investissements, Ă  courir dans Londres Ă  cĂŽtĂ© de Edgar en velo. Je suis sur un bon rythme, nous rejoignons la team postĂ©e Ă  16km. A partir de la Edgar et la team vont faire des sauts de puces. tout au long du parcours je les retrouverai Ă  tour de rĂŽle. je comprends maintenant pourquoi les chronos sont pas trĂšs Ă©levĂ©s, le parcours est compliquĂ©, des feux, des stops, absence de trottoir, besoin de traverser des voies rapides… Je reste Ă  une bonne allure mais au 50eme km les quadriceps se font sentir, 1er pause massage. Je continue, la chaleur monte, la poussiĂšre des routes en travaux m’empĂȘche de respirer. A mi parcours au 70eme km, je commence Ă  subir, jambes douloureuses. Une bonne sĂ©ance de massage, je change de tenue, une plus lĂ©gĂšre et c’est reparti .Malheureusement seulement aprĂšs 2min je ressens 2 piqĂ»res dans mon short, une guĂȘpe s’ Ă©tait cachĂ©e lĂ . Panique je suis allergique, La team se marre bien mais refuse de me passer la crĂšmeđŸ€”đŸ€Ł. 100eme, j ai vraiment mal aux cuisses, faut que je m accroche, je ne peux pas ralentir sinon je devrai enchaĂźner sans pause la traversĂ©e de la Manche. Le dernier sĂ©mi marathon est compliquĂ© j’alterne marche et course. A 8km de la fin je dĂ©cide malgrĂ© tout de courir jusqu Ă  l’arrivĂ©e. đŸ’Șmission rĂ©ussie, moins de 14h. 13h18 pour ĂȘtre exacte, du jamais vu😄par contre je suis conscient d’ avoir trop puisĂ© d’Ă©nergieđŸ„Ž. je croise Perrine en comitĂ© d’accueil, cela fait plaisir de la voir. Quelques photos avec Edgar impressionnĂ© par ma course. Direction le van pour une micro sieste. je suis vannĂ©, usĂ©. Pierrick sort de nouveau sa table et essaye d’ attĂ©nuer les douleurs. Il est dĂ©jĂ  l’heure, nous chargeons le bateau. J’enfile ma combinaison nĂ©oprene, fixe mes lumiĂšres clignotantes sur moi pour ĂȘtre vu. Nous naviguons jusqu’Ă  la plage du dĂ©part. il fait nuit 23h30 passĂ©e,seule la lune rayonne. il y a du vent et de la houle. Le moment temps redoutĂ© approche. Dernier briefing et je saute du bateau. Je nage pour rejoindre la plage. Je sors ,me mets debout, lĂšve le bras pour avertir le bateau. une sirĂšne retentit. c’est partie pour une traversĂ©e de la Manche. L’obscuritĂ© ne permet pas de distinguer l’ immensitĂ© de l’Ă©tendue d’eau. Je nage Ă  cĂŽtĂ© du bateau et me repĂ©re Ă  ses lumiĂšres dans une mer houleuse. Les heures passent, la team me jette un bidon de ravitaillement toutes les 30min. les temps s’Ă©coule vraiment doucement. Vers 5h, j’observe le crĂ©puscule. Bien que l eau soit au environ de 16 degrĂ©s, le froid est lĂ©gĂšrement prĂ©sent en moi. probablement du Ă  la fatigue. De ce cĂŽtĂ©, j ai bien fait de mettre un top neoprene sans manche sous ma combinaison. malheureusement le top me blesse rapidement autour des Ă©paules. A chaque coup de bras je sens un frottement qui fini par me brĂ»ler. inlassablement la douleur devient difficilement supportable et je change ma technique de nage pour Ă©viter de trop souffrir. La consĂ©quence est que je n’arrive pas Ă  me coller au bateau qui est censĂ© me protĂ©ger des courants. Il cherche constamment sa trajectoire et je suis Ă  larguĂ©. Parfois mĂȘme je suis aspirĂ©e en arriĂšre, je lutte. Le coefficient des marĂ©es n est pas bon et je vais faire une longue traversĂ©e Les heures passent, je sens que sur le bateau ils s inquiĂštent. Parfois je ne vois plus Maxime et Pierrick , cela me pĂšse (j apprendrai aprĂšs coup qu ils Ă©taient en train de vomir et ce se maniĂšres frĂ©quentes.)mon moral est touchĂ© , les douleurs se font aussi prĂ©sentent au niveau des psoas et des lombaires. je suis dans le dur, dans la tempĂȘte intĂ©rieure. les cotes sont toujours aussi lointaines. Je suis Ă  la limiteđŸ˜”, il faut rĂ©agir je dĂ©cide de me rĂ©volterđŸ€š, j’accepte qu’en tournant plus efficacement les bras, de subir une sensation de coups de cutter Ă  chaque mouvement au niveau des frottements des Ă©paules. (Ce qui me provoquera plus tard plusieurs brĂ»lures jusqu Ă  la chair.) J’arrive enfin a suivre le bateau, tout devient plus facile. verdict, Pierrick m’ informe que nous progressons plus rapidement et que les pilotes sont satisfaits. Maxime inlassablement m’encourage. je continuerai comme ca jusqu’Ă  la fin. nous croisons une frĂ©gate des gardes cotes français. ils surveillent une petite embarcation de migrants qui fait le chemin inverse. drĂŽle de monde quand mĂȘme dans lequel nous vivons.đŸ„ș Les cotes de Sangatte se rapprochent. derniers efforts. j’arrive enfin sur la plage . DĂ©livrance 😃 En sortant de l’eau j’ essaye de me relever avant de m’Ă©crouler sous une vague je ressaye et arrive difficilement Ă  tenir l Ă©quilibre. Je marche jusqu’au sable, sous mes bouchons d’ oreilles, j entends des applaudissements et des cris. Nathalie est lĂ , Vincent aussi. quel bonheur de les voir. on me dit que personne ne doit me toucher sous peine de disqualification. je fais signe au bateau que je suis arrivĂ©, en levant le bras, par solidaritĂ© avec les femmes battues je fais le signe d alerte comme ferai une femme battue pour signaler discrĂštement Ă  son interlocuteur pour lui signaler qu’elle est victime de violence, main ouverte, paume face Ă  l’ interlocuteur. pouce contre la paume et les 4 doigts se referment pour fermer le poing. Je demande Ă  Vincent de rĂ©cupĂ©rer 4 galets plats, l histoire veut que l’on ramĂšne au capitaine un galet de la plage lorsqu on traverse la Manche. Je les offrirai Ă  ma ma team comme souvenir. comme quoi je suis assez lucide et que rien n’est un hasard. Je retourne Ă  la nage au bateau et remonte difficilement Ă  bord sous les fĂ©licitations de l’Ă©quipage. Mon corps est meurtri. Mais que d’Ă©motions! mon fils en larme , Pierrick et moi touchĂ©s aux plus profonds. nous l’avons faitđŸ’Ș nous avons traversĂ© la manche 17h01 incroyable đŸ€© Le bateau part en direction de Calais, je me repose 10min Nous descendons du bateau, enfin j’essaye car je suis broyĂ©. je n’arrive pas Ă  marcher. nous nous retrouvons sur le port, Rachel nous attends prĂšs du van pour arbitrer la partie vĂ©lo. j’ai froidđŸ„¶, j ai malđŸ€•. sĂ©ance massage. Je demande l’heure, il est 19h52 et m’ informe auprĂšs de Rachel si le record est toujours accessible. Elle me dit que je suis dans les temps et qu’il faudrait ne pas tarder. ImmĂ©diatement je demande Ă  la team de m’apporter mon casque et chaussures. je dĂ©cide de partir immĂ©diatement. incomprĂ©hension autour de moi vu mon Ă©tat. Rachel me demande de faire un tour de vĂ©lo pour vĂ©rifier si je suis capable de rouler. Le test est bon. ImmĂ©diatement je m’engage sur un rythme trĂšs soutenu. Au premier saut de puce , ils me demandent Ă  quels endroits nous allons manger. Je rĂ©ponds Ă  Paris. DĂ©terminĂ©, je roule inlassablement, la nuit tombe, je mets mes phares, j’avale les kilomĂštres. 1ere pause au 100km sous la pression de la team, je mange une part de pizza. je repars sur de longues lignes droites type montagnes russes Ă  travers la campagne direction Beauvais. je connais mon 1er coup de fatigue Ă  4h du matin. victime d’une petite hallucination mais je me ressaisi sans consĂ©quence. Je garde un rythme Ă©levĂ©. Paris s’approche. A 20km on me demande de m’ arrĂȘter. Rachel m’indique que dorĂ©navant je devrai rouler uniquement derriĂšre le van jusqu’a l’arc de triomphe. C’est le protocole de l’Enduroman, tout le monde doit s’y soumettre. ForcĂ©ment ma vitesse chute, il n y a plus de rythme et la fatigue grandie. c’est long, trĂšs long. Au bout d’une quinzaine de km on entre dans Paris et nous traversons les rues pavĂ©es, ce qui est assez dĂ©sagrĂ©able. Le chrono tourne. Quand soudain nous sommes sur le boulevard des champs ÉlysĂ©e. Rachel Hill me demande de nouveau patienter quelques minutes et laisser filer le van. je m’ exĂ©cute, je trĂ©pigne d’impatience, puis roule tranquillement jusqu Ă  l ‘Arc de triomphe. Quelques amis adorables sont prĂ©sents pour m’accueillir sous quelques applaudissements. L’aboutissement de temps de travail vient de payer. je suis finisher de l’Enduroman avec Ă  la clĂ© le nouveau record mondial de l Ă©preuve en 49h24min. J’enfile la mĂ©daille de Finisher đŸ„‡et je soulĂšve comme on me le demande mon vĂ©lo pour immortaliser l’instant. « Ils ne savaient pas que c’Ă©tait impossible, alors ils l’ont fait. » – Mark Twain. Quelle annĂ©e incroyable pour moi 2020. les 18 ans de mon fils qui vient de vivre prĂšs de moi cette incroyable aventure, le Covid, l’Enduroman et en octobre le plus facile nos 20 ans de mariage avec Nathalie et 26 ans de couple Merci: A la team I ENDURE FOR HER car le rĂ©sultat est l’ oeuvre d’une Ă©quipe soudĂ©e et ce bien avant l’Ă©preuve Pierrick Pitiot Tim Lavi Maxime Tri😘 -A mon Ă©pouse Nathalie B-j😍 -A mes 2 coachs Cyril Blanchard et CĂ©dric Fleureton -Mes sparring partners Fred, Laurent , RĂ©gis, Olivier… -Toutes les personnes qui m ont soutenues pendant ses longs mois de prĂ©paration. et il y en a eu du monde😘 -Plomberie du RhĂŽne et FRDP pour leurs aides -Pour ceux qui ont suivi l’aventure sur la page. -pour les autres bienvenus J’espĂšre que cette aventure vous a fait fibrer 🙏 EspĂ©rons que cette victoire permette de promouvoir et d’alerter sur la cause des violences faites aux femmes. car il est impĂ©ratif d’Ă©duquer, de sensibiliser et de rĂ©primer sĂ©vĂšrement ces agissements audieux qui ne devrait plus exister de nos jours. Il y a tant d’autres causes pour aider la Femme a devenir l’Ă©gal de l’homme. Cela m’incite Ă  continuer d’agir, et forcĂ©ment d’autres dĂ©fis Ă  aborder. il n y a pas de petites pierres pour construire l’Édifice. Dans chaque grande ville, il y a des associations d’aides aux femmes victimes de violences, vous pouvez certainement les aider Ă  votre façon, en leur donnant des vĂȘtements ou bijoux fantaisies pour aider ces femmes Ă  ce reconstruite Viffil Ă  Villeurbanne, l’Association Les FoulĂ©es Du Sourire Ă  Wittisheim… alors continuons de nous mobiliser I ENDURE FOR HER WE ENDURE FOR HER https://iendurefor.com n’hĂ©sitez pas Ă  partager, ensemble nous sommes plus fort

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

%d blogueurs aiment cette page :